hsitoire-greffe-cheveux

La greffe de cheveux origine du Japon. En 1939, le Dr.Okuda, un dermatologiste japonais, met au point un procédé innovant permettant de restaurer les cheveux perdus à la suite d’un trauma du cuir chevelu ou pour les victimes de brûlures. Il employa une méthode consistant à extraire de petites sections de peau contenant des cheveux puis à les implanter dans des perforations effectuées là ou la peau a été endommagée. Une fois les greffons installés, ils produisent des cheveux dans les zones auparavant chauves.

Seulement quelques années plus tard, un autre dermatologiste japonais, le Dr. Tamura améliora la méthode du Dr. Okuda en réduisant la taille des greffons (1 à 3 cheveux). Il travaillait avec des femmes et à restaurer les cheveux de la zone pubienne. L’intervention que le Dr. Tamura conçut est similaire à celle qui est utilisée aujourd’hui.
Du fait que ces innovations aient vu le jour aux alentours de la seconde guerre mondiale, elle n’arriva dans les pays occidentaux que de nombreuses années plus tard.

Durant le début des années 50, un dermatologiste new-yorkais, le Dr. Norman Orentreich réalisa la première greffe de cheveux aux Etat-Unis d’un patient souffrant de calvitie. Orentreich fut critiqué pour l’intervention qu’il avait mis au point. Sa technique était similaire à celle du Dr. Okuda, cependant les résultats produits n’avaient pas un aspect naturel. Il établit cependant que les cheveux se trouvant à l’arrière de la tête n’étaient pas sujets à l’alopécie.

Les greffes de cheveux devinrent très recherchées dans les années 60, mais à cause du fait que l’intervention n’apportait à l’époque pas de résultats concluants, elle développa une mauvaise réputation qui hante jusqu’à aujourd’hui le domaine de la restauration des cheveux. Il fallu presque 30 ans pour que les chirurgiens du domaine de la restauration capillaire améliorent ces méthodes.

Dans les années 90, La FUE fut introduite (extraction d’unités folliculaires), et elle changea le domaine de la greffe de cheveux pour toujours. Les préjugés à propos du procédé disparurent enfin et la greffe ainsi que la microgreffe en Tunisie devint une option viable pour les personnes souffrant de calvitie.
Aujourd’hui, les chirurgiens continuent d’améliorer la technique pour produire des résultats surprenants de naturel et de plus en plus de gens optent pour ce traitement de la calvitie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire